Les enjeux de la Fédération Italienne des Ceméa

La Fédération Italienne des Ceméa (FIT), constituée en 1971, a pour tâche de relier les centres (12), les groupes (5) et les correspondants Ceméa, présents dans diverses régions et villes italiennes. La FIT peut actuellement compter sur environ 200 formateurs et autant de collaborateurs et militants.

Elle organise des cours de formation pour divers types d’éducateurs (enseignants, opérateurs, animateurs, parents, bénévoles) et met en œuvre des projets nationaux et internationaux concernant l’éducation formelle et informelle. Cette année, la FIT a eu de plus en plus souvent l’occasion de soutenir et promouvoir les actions de la FICEMEA et de son réseau, du Forum Social Mondial de Tunis au séminaire international durant le congrès des Ceméa français, à la journée nationale Ceméa du 10 octobre au cours de laquelle, en particulier à Rome, ont été diffusés et discutés les documents élaborés par la FICEMEA après le séminaire de Namur, sur les thèmes de la marchandisation de l’éducation.

Nous avons continuer notre réflexion autour de l’international du 4 au 8 décembre 2015 à Ostuni, dans les Pouilles, où s’est tenu le congrès de la FIT CEMEA  ayant pour thématique

“Agir, éduquer, s’exprimer, entre racines et futur”

Les 60 personnes présentes ont travaillé autour des thématiques suivantes :

Transmission des compétences et des rôles fédératifs (passage de consignes intergénérationnel)

Comment évoluer en impliquant les nouvelles forces sans perdre le savoir des présences historiques ? De quelle manière partager un processus reconnu au niveau fédératif (entre diverses associations) d’accès aux fonctions formatives ? Est-il possible et utile de codifier un décalogue de prises de conscience Ceméa avec lesquelles orienter le parcours de ceux qui voudraient grandir au sein de notre mouvement ?

Fonctionnalités et devoirs de la Fédération Italienne : aspects organisationnels et institutionnels (Quelle structure? Quelles missions? Pour quels objectifs et résultats? )

Comment programmer nos initiatives sur plusieurs années ? Comment mieux partager et rendre plus explicites les objectifs de la Fédération ? Comment confier les charges et les rôles et pour combien de temps ? Quelle forme, y compris juridique, donner à la Fédération Italienne?

Partage des pratiques et modalités de collaboration (vérification éthique)

Comment pouvons-nous développer et adopter des instruments qui nous permettent de travailler à l’amélioration de la collaboration et au respect total de nos principes et d’éviter une exploitation interne et externe dans l’exercice de nos actions ?

Communication entre information et diffusion des contenus

Quel soutien au secrétariat pour arriver à nourrir des réflexions et à informer pleinement sur nos activités ? Comment réussir à utiliser au mieux les nouvelles approches “technologiques” pour la diffusion de la connaissance ? Comment développer une réflexion sur les thèmes éducatifs qui permette de partager et de produire des textes et construise une capacité collective d’informer et de diffuser des contenus Ceméa ?

Formation et reconnaissance de la formation

La formation effectuée par les Ceméa est l’élément caractéristique de notre mouvement.

Trouvons-nous avantageuse cette condition d’“autonomie” de chaque association dans son territoire respectif, ou voulons-nous changer cette situation ? Nous devrons peut-être réinitialiser notre formation pour qu’elle puisse être validée ? La Ludea nous suffit-elle ? Les contenus que nous traitons sont-ils nécessaires et suffisants ?

L’actualité éducative des principes des Ceméa

Nous avons une attitude sage qui n’explicite pas ce que nous proposons, au risque de perdre le sens profond de la proposition elle-même. Pensons-nous nécessaire ou possible un travail diffusé qui connecte les principes avec leurs champs d’application actuels et actualisés ? Comment la Fédération devrait-elle s’organiser pour connaître, joindre et aussi promouvoir des campagnes au niveau national ?

Rapports avec les mouvements de l’éducation active

Les Ceméa sont un des mouvements historiques de l’éducation active, au même titre que MCE ou Montessori (entre autres). Alors que beaucoup des militants Ceméa ont été ou sont encore actifs au sein de ces autres mouvements, nous n’avons que rarement collaboré et posé des questions concernant les thèmes de l’éducation ni ne nous sommes organisés pour promouvoir une meilleure reconnaissance de nos pratiques et spécificités.

Pensez-vous que ce soit une condition nécessaire ou à dépasser, et dans ce cas, en faisant quoi ?

Positionnements internationaux avec le réseau FICEMEA

Comment serait-il opportun d’agir pour développer une coordination des propositions et une synergie des relations qui permette un positionnement cohérent et garantisse des réalisations efficaces ? Quelle thématiques pouvons-nous proposer à la Ficeméa pour pouvoir nous sentir plus impliqués et en tester la force éducative et politique ?

 

M.Cristina Brugnano,

Traduction par l’association “Traducteurs sans Frontières”

Texte original ici

image_pdfTélécharger au format PDF
Publié dans Italie