Construire des passerelles, non des murs !!

construire des passerelles non des mursFormation aux droits de l’homme, à la compréhension multiculturelle et à la résolution pacifique des conflits auprès des enfants et des jeunes.

 

Le projet

Le projet consiste à former aux droits de l’Homme, à la compréhension multiculturelle et à la résolution pacifique des conflits en utilisant des méthodes d’apprentissage innovantes et participatives. Le public est constitué de 25 jeunes âgés de 20 à 35 ans qui travaillent avec des jeunes et dans le secteur socio- culturel et éducatif, issus des deux régions de l’Algérie (Oranie et région de Bejaia).

Il s’agit pour les participants de vivre une expérience multiculturelle et de s’approprier des outils pédagogiques afin  de les sensibiliser aux droits de l’Homme, de lutter contre les préjugés, le racisme, la violence engendrée par le régionalisme et de les accompagner à développer des projets en réseau favorisant la culture de paix et de Non-violence.

Ce projet a mis l’accent sur des situations conflictuelles anciennes ou récentes vécues par les jeunes. Ils ont eu l’occasion d’échanger sur leurs vécus, leurs connaissances de ces situations. Nous avons favorisé une approche de formation entre pairs valorisant la multiplicité des perceptions de l’Autre dans l’objectif de favoriser la réconciliation dans le respect de soi et de l’autre. Cet échange a permis aux participant-e-s de confronter leurs propres expériences, points de vue, d’identifier que leurs propres comportements sont conditionnés par leurs contextes de vie, leurs cultures, leurs éducations. En intégrant deux régions de l’Algérie dans ce projet ainsi que des refugiés, nous avons mis en place des démarches interculturelles pour amener la jeunesse à se rencontrer et s’apprendre mutuellement au travers de leurs vécus, de leurs parcours dans une perspective de rencontre interculturelle.

Le contexte algérien

visite de structure2Nous défendons l’idée que chaque personne est responsable, par le regard qu’il porte sur l’autre, de la paix ou de la violence. A l’heure des révolutions arabes, les jeunes sont emprisonnés dans des stéréotypes par l’opinion internationale et par les images négatives véhiculées par les médias : terroriste, kamikaze, Haraga[1], Hitist[2].

Sans pour autant oublier les difficultés socioéconomiques relatives à un taux de chômage de 9,8% avril 2014 selon Organisation Nationale des Statistiques, la dévalorisation du travail par le dispositif discriminatoire de l’ANSEJ (Agence Nationale de Soutien à l’Emploi des Jeunes). Ce dernier favorise certains jeunes grâce au capital relationnel (piston, connaissance, clientélisme…) au détriment des jeunes originaires d’autres classes sociales. Ceci ne fait qu’accentuer le malaise entrainant les jeunes à s’immoler ou risquer leur vie sur une barque pour en finir.

Actuellement, la langue et la religion sont deux composantes de l’identité culturelle en Algérie qui ont connu bien des tensions, des révoltes, des tragédies et des manipulations  au cours des deux dernières décennies (multipartisme, période du terrorisme ).

Les jeunes héritent de la culture de leurs parents, ils se retrouvent confronter à une réalité locale celle de valoriser leur culture au détriment de celle des autres. Ce processus structure des représentations, des perceptions et des interprétations plurielles de la culture, ou des cultures algériennes qui les emprisonnent dans un régionalisme conflictuel et destructeur.

Par exemple nous pouvons citer l’exemple récent du joueur Africain Ebossé victime d’une violence inexpliquée qui lui a couté la vie .Autre exemple à Bejaia où de violents accrochages ont éclaté lors d’un meeting populaire, animé par Abdelmalek Sellal[3], conduisant les manifestants à bruler et casser la maison de la culture pour protester.

Nous ne pouvons oublier les évènements de Ghardaïa[4] théâtre de violents affrontements intercommunautaires opposant tribus arabes d’un côté, et Mozabites, Berbères musulmans de rite ibadite, de l’autre, enfoncée depuis des mois dans une « guerre des clans »interminable dont des victimes sont des innocents.

Ces exemples démontrent que face au rejet et donc à l’absence de vrais espaces d’expression politique, culturel, social pour la population, et en particulier les jeunes la violence apparait comme le seul moyen de communication. Tous ces actes de racisme, de discrimination de rejet sont les plus grands obstacles à la promotion de la paix et la non-violence entre les gens.

Un autre constat plus récent est l’amplification du phénomène de la migration sub-saharienne en Algérie touchant toutes les catégories sociales notamment les enfants et les jeunes. Leurs droits sont bafoués. En effet, face à ce phénomène les citoyens Algériens produisent des clichés, des comportements de rejet, d’exclusion, de stigmatisation et de racisme à l’encontre de ces migrants.

Ce projet nous semble fondamental dans le contexte de notre pays. Il permet aux jeunes, en particulier ceux engagés auprès des associations, de s’outiller et d’être sensibilisés à la culture de la paix et la non-violence.

Par cette formation, nous aspirons à améliorer la qualité des rapports humains. Nous souhaitons sensibiliser les jeunes Algériens aux problèmes des migrants Africains en miroir à la situation des jeunes maghrébins en Europe qui trouvent des personnes engagées pour les aider à faire valoir leurs droits. Une des missions de ce projet est d’inculquer une culture de défense des droits des migrants en se basant sur la convention internationale des droits de l’Homme.

 

                                                                                  Nadira Benketira

[1] Haraga : littéralement « ceux qui brûlent les frontières » c’est-à-dire les personnes traversant les frontières clandestinement.

[2] Littéralement « le mur » en référence au désœuvrement des jeunes chômeurs

[3] Premier ministre Algérien

[4] Ville du centre Algérien à 600km d’Alger

 

Nos partenaires

SID

L’association pour la Sensibilisation Intégration, et le Développement des handicapés d’Akbou, créée le 15 juillet 2013 conformément à la loi 12/06 du 12 janvier 2012, articles 25 et 26 aux statuts. Elle est mise en œuvre officiellement pour débuter ses activités sur le terrain, le 15 Août 2013 à la maison de jeune ABDERRAHMANE FARES d’Akbou
L’association SID travaille pour l’insertion pleine et effective des personnes en situation de handicap dans les différentes activités de la société et dans les programmes destinés aux jeunes handicapés et non handicapés. Tout cela se fait à travers des initiatives culturelles, éducatives, socio-humanitaires, loisir etc.…… Notre devise est la promotion des jeunes

 

paroleL’Association Parole et Action d’Akbou a vu le jour le 22 Septembre 2013, sous l’agrément N° 20/2013, grâce à la bonne volonté et sur l’initiative de jeunes étudiants, et artistes locaux.
Les moyens utilisés sont les échanges, les animations, les tables rondes, la photographie et films, se sont complétées pour permettre à l’association parole et action de marquer son empreinte à la commune d’akbou. A cela, il faudra ajouter sa maîtrise pour organiser, tenir et participer aux célébrations des journées, fêtes nationales. La bataille culturelle pour tamazight est un créneau qu’elle insère dans la moindre de ses activités.
NOTRE ASSOCIATION A COMME OBJECTIF :
– de soutenir et d’organiser des actions, manifestations et initiatives promouvant la citoyenneté active,
CONTACTE :
Tel : +213792206147
E-mail : ap.aa87@yahoo.fr
Facebook : Association-parole-et-action-dakbou
Adresse : cité 17 octobre 1961, ex 504 logt.

 

Grainde de paixGraine de paix est une association locale créée en avril 2014 par quelques membres du Réseau des Médiateurs Algériens actifs depuis juillet 2005 à travers le territoire national pour mettre en place des dispositifs de préventions et de reconstruction des rapports humains. Gérer les conflits par la médiation est l’une des voies les plus pratiquées pour arriver à nos objectifs et répondre à nos besoins, tous ensembles.
Graine de paix exerce ses actions à l’échelle locale, nationale et internationale à travers des méthodes et des outils promouvant et valorisant la communication participative, l’écoute, la compréhension la valorisation de l’autre, le respect de la différence, la solidarité, la coopération le sens du civisme et la citoyenneté active
Nos domaines d’intervention : scolaires, universitaire, familiaux sociaux, environnementaux, entreprise …
Les missions de graine de paix :
• Sensibiliser et initier la société civile à l’utilisation des outils d’éducation à la paix et la médiation comme pratique privilégiée à travers :
• Des animations
• Des formations sur l’éducation à la paix , les droits de l’homme et des enfants, la citoyenneté, les outils de communication , gestion pacifique des conflits l’approche genre et le concept de l’apprentissage interculturel .
• Des pratiques de médiation• Confection et diffusion d’outils pédagogiques artistiques et multi-médias (dessin, musique, théâtre, chant, photo, vidéo marionnettes….) comme moyens d’expression et de reconnaissance des potentialités• Organisation de spectacles, concours • Des projets d’échanges inter culturels
Association Graine de paix
Adresse : 13 Rue Monge Oran
N° Tél : 00213554647885
Courriel : aldjiafifi@yahoo.frOu : grainedepaix31@hotmail.com
Face/book GRAINE DE PAIX

 

GOGénérations Oranaises, formé d’un groupe de jeunes dynamiques de la ville d’Oran composé d’artistes, d’étudiants, de beaux artistes, de bénévoles mais aussi de jeunes cadres associatifs. Cette diversité nous permet de développer des compétences autour d’activités socioculturelles dans un esprit communautaire et citoyen. Go a pour but l’animation culturelle en milieu jeune et la promotion de la culture par l’activité artistique à travers la création d’ateliers (ateliers photos, théâtre, musique, dance et cinéma). Go se veut être un espace d’encadrement, d’échange et de rencontre entre jeunes.

Jeunes, étudiants, professeurs, musiciens, chanteurs, écrivains, poètes, peintres, sculpteurs, ébénistes, comédiens, artisans de tous domaines partagez avec nous cette expérience et vivons l’expression sous tout ces formes

Nos objectifs :

1-L’animation culturel en milieu jeunes (événement culturel et festival)

2- la création et l’animation d’ateliers artistiques (Atelier théâtre, atelier cinéma, atelier photo, atelier danse, atelier écriture)

3- développe l’esprit du bénévolat cher les jeunes

4- la promotion du patrimoine culturel matériel et immatériel de la ville d’Oran

5-promouvoir des jeunes artistes locaux

contactez nous par mail : generationsoranaises@yahoo.fr

bref présentation de notre association Ciné+

“Ciné+” a été crée en 2005, en hommage au Cinéaste Azeddine MEDDOUR.

Les missions qui lui sont dévolues sont les suivantes :
– La participation a la promotion de la culture en générale et le cinéma en particulier.
– L’aide et l’appui a l’émergence de nouveaux talents.
– La sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel et le faire connaitre a l’échelle internationale.

Principales activités de l’organisation :
* la formation des jeunes dans les divers et multiple métiers de la culture.
* l’organisation d’événements et manifestations culturelles.
* réalisation et production de courts métrages, de films documentaire…etc.

 

banqueLe Banquet de Platon est un collectif de jeunes belabesiens qui contribue a la valorisation de la citoyenneté et de l’identité algérienne, en encourageant l’engagement de jeunes dans la société civile, ainsi qu’a travers la culture de non violence.

Téléphone : 0555 25 41 66

Mail : banquet.de.platon@gmail.com

 

AECL’association Etoile Culturelle d’Akbou a pour buts l’organisation, la participation, la promotion des activités etl’épanouissement des jeunes, elle veille par ces pratiques à insérer ou réinsérer les jeunes vulnérabilisés, à soutenir la réflexion du comment vivre ensemble, à promouvoir la culture Amazigh, elle met principalement en place des projets culturels, et est aussi active sur des divers domaines liées à la santé, à l’environnement, à l’éducation, à la formation, à la mobilité de jeunes et à la citoyenneté. Elle collabore avec plusieurs partenaires associatifs et institutionnels et elle oeuvre, en particulier, pour la mise en place d’une meilleure prise en charge de la problématique de la culture et de la jeunesse.

Association Étoile Culturelle d’Akbou
Président: Salhi Mouloud
Tél/fax : +213 (0) 34 33 45 78
Email : etoileculturelle@gmail.com
Adresse : Centre culturel 06001 Akbou -W- Bejaia Algerie

 

Randonneurs

 

Randonneurs de Béjaia est le refuge pour ceux qui aiment fusionner sport et nature, partage et culture… Randonnée Pédestre, Équestre, Trail, Kayaks, VTT… En forêt et montagne, en mer et rivière, en régions aride ou humide… il ne manque que votre motivation.


IMG_0218 Obtenir l'article au format PDF


Publié dans Afrique, Algérie, Droits de l'homme, Graines de paix, Les associations membres, Ressources thématiques Tagués avec :